Films

Avengers: Endgame

Poster Avengers: Endgame La grosse machine Marvel bien huilée nous emmène vers une conclusion épique et hautement satisfaisante à leur saga de super-héros (pour peu que vous ayez au moins vu le film précédent, Infinity War). Du pur divertissement, pas toujours très subtil et avec un peu trop de personnages certes, mais maîtrisé de bout en bout.

The Inventor: Out for Blood in Silicon Valley

Poster The Inventor: Out for Blood in Silicon Valley Un documentaire édifiant sur le financement d’une “startup licorne” de la Silicon Valley qui vend du rêve et surtout du vent, doublé du portrait de sa CEO qui a tout d’une psychopathe.

Apollo 11

Poster Apollo 11 Un documentaire sur la mission lunaire Apollo 11, présenté comme un film à suspense et réalisé intégralement à base d’images d’archives restaurées en haute définition d’une qualité époustouflante.

John Wick Chapter 3 - Parabellum

Poster John Wick Chapter 3 - Parabellum Le troisième chapitre des mésaventures de John Wick est la nouvelle référence en termes de scènes d’action démentes chorégraphiées à la perfection, sans aucun temps mort ni retenue. Fusils, couteaux, bouquins, chiens et chevaux: dans les mains de John Wick, tout se transforme en arme fatale. Et cette fois il a une bonne excuse: sa tête a été mise a prix et tout le monde veut sa peau.

Parasite

Poster Parasite Le nouveau film du réalisateur coréen surdoué Bong Joon-ho (Memories of Murder, The Host, Snowpiercer sont déjà dans mes listes) a raflé la palme d’or à Cannes et de nombreux autres prix. Il s’agit d’une satire sociale décrivant les combines d’une famille pauvre, les Kim, pour s’incruster dans la vie et la grande demeure d’une famille riche, les Park, avant que les choses ne dégénèrent de façon tragi-comique. La mise en scène est superbe et le casting ne montre aucune fausse note.

Extra Ordinary

Poster Extra Ordinary Ce premier film de ma sélection coup de coeur du BIFFF 2019 est une comédie surnaturelle irlandaise qui fourmille de gags et d’idées originales. Mélangeant horreur déjantée, fausses images d’archives et comédie romantique, il nous propose de suivre une monitrice d’auto-école utilisant ses pouvoirs de médium pour sauver une fille qu’une star du rock tente d’utiliser à des fins sataniques pour relancer sa carrière. Extra Ordinary a remporté le corbeau d’argent au BIFFF 2019. On peut actuellement le visionner sur Amazon Prime Video.

One Cut of the Dead

Poster One Cut of the Dead Une équipe tente de tourner un film de zombies dans une usine désaffectée avec zéro budget et des acteurs inexpérimentés. Pendant le tournage, de vrais zombies débarquent et font dérailler la production… ou peut-être que c’est pour le mieux, finalement?! Je ne dévoilerai pas le twist brillant de ce film hilarant pour ne pas vous gâcher la surprise. One Cut of the Dead a remporté le prix du public au BIFFF 2019.

Once Upon a Time… in Hollywood

Poster Once Upon a Time... in Hollywood Quentin Tarantino est de retour avec son film le plus personnel à ce jour. C’est long, ça prend son temps, et ça fourmille de dialogues, de situations incongrues et de personnages hauts en couleur comme il sait les écrire… sans parler de son obsession pour le révisionnisme historique fun et violent. Le tout est porté par un casting 5 étoiles avec Leonardo Di Caprio et Brad Pitt en tête.

Ad Astra

Poster Ad Astra Un autre film avec Brad Pitt. Ici, il incarne un astronaute qui part loin dans l’espace pour retrouver son père (Tommy Lee Jones), qui serait responsable de décharges électrostatiques à l’origine de cataclysmes sur terre. Pas ultra-réaliste et souffrant de quelques temps morts, ce film de science-fiction intimiste mais pas dénué d’action explore en profondeur cette relation père-fils, en l’illustrant par de magnifiques images spatiales façon Interstellar. La course-poursuite sur la lune vaut à elle seule le visionnage.

Joker

Poster Joker Tout le monde a parlé de ce film à sa sortie. Il vaut la peine d’être vu pour son ambiance glauque à souhait et la performance hypnotisante de Joaquin Phoenix dans le rôle-titre, mais n’en attendez pas beaucoup plus, notamment au niveau du scénario qui m’a laissé un peu sur ma faim. Ca se trouve sur Amazon Prime Video.

Sorry to Bother You

Poster Sorry to Bother You De loin le film le plus bizarre que j’aie vu cette année. Il s’agit d’une satire dystopique déjantée qui parle principalement de racisme et de lutte des classes: Cassius Green, afro-américain sans le sou, décroche un horrible job de télémarketeur dans une obscure société. Contre toute attente, il gravit les échelons en prenant une “voix de blanc” et se rapproche du patron qui a une drôle d’obsession pour les chevaux, je ne vous en dit pas plus. Politiquement incorrect et visuellement audacieux, le film se rapproche souvent du style de Michel Gondry et ne s’en cache pas. Interdit au moins de 18 ans.

The Irishman

Poster The Irishman Un nouveau film de gangsters de Martin Scorsese à la gloire de ses acteurs principaux: Robert De Niro, Joe Pesci et Al Pacino. Il réussit à s’élever au même niveau que Goodfellas ou Casino même s’il faut reconnaître que les acteurs rajeunis en images de synthèse ont parfois le visage qui cloche, ce qui m’a un peu sorti du film. Ca se regarde sur Netflix et ça dure quand même 3h30 donc prévoyez une pause pipi au milieu.

Ford v Ferrari

Poster Ford v Ferrari Un biopic sur deux hommes de légende. Non pas Henry Ford II et Enzo Ferrari (même s’ils sont présents dans le film), mais Carroll Shelby (Matt Damon) et Ken Miles (Christian Bale), deux pilotes de course ayant reçu un chèque en blanc de la part de Ford pour convertir un de leurs véhicules en bolide capable de concurrencer Ferrari à la compétition automobile des 24 Heures du Mans… en seulement 90 jours. Pour relever un tel défi, il leur faudra être très ingénieux ou complètement irresponsables, ce qui reflète bien les personnalités respectives des deux hommes. Superbement filmé, Ford v Ferrari passionnera même ceux qui comme moi ne s’intéressent pas particulièrement à l’automobile, ce qui en fait indéniablement un grand film.

Portrait of a Lady on Fire

Poster Portrait of a Lady on Fire Dans ce film rempli d’émotions porté par ses actrices de talent (Adèle Haenel, Noémie Merlant et Luàna Bajrami), chaque plan est un véritable tableau qui se dévoile à nous. Nominé dans de nombreuses catégories, il a remporté le prix du scénario à Cannes 2019 et le César 2020 de la meilleure photographie.

Le Daim

Poster Portrait of a Lady on Fire Les films de Quentin Dupieux, on aime ou on déteste. Pour ma part, Le Daim m’a beaucoup fait rire face à l’absurdité totale de son concept et de ses dialogues. Jean Dujardin campe Georges, un homme perdu en campagne qui adore son nouveau blouson en daim et est prêt à tout pour être le seul à en posséder un. On retrouve également Adèle Haenel dans un registre bien différent du film précédent puisqu’elle incarne une serveuse presqu’aussi folle que lui.

Toy Story 4

Poster Toy Story 4 On pensait les aventures de Woody et ses amis terminées après le parfait troisième épisode. Les studios Pixar parviennent à recréer la surprise avec ce nouveau volet qui fait office d’épilogue et introduit quelques nouveaux personnages attachants tels que Forky, le jouet qui aurait voulu être une ordure. Même s’il est le moins mémorable des films de la série, Toy Story 4 est sans nul doute le plus abouti techniquement avec ses impressionnants effets d’optique et de lumière et il demeure le meilleur film d’animation que j’aie vu en 2019.

The Two Popes

Poster The Two Popes J’ai été agréablement surpris par cette production Netflix qui a largement dépassé mes attentes. On y raconte l’histoire touchante de l’amitié naissante entre deux papes aux personnalités diamétralement opposées, interprétés de façon magistrale par Anthony Hopkins et Jonathan Pryce. La mise en scène est soignée et le scénario alterne entre des dialogues captivants non dénués d’humour entre les deux hommes, sur fond de magnifiques images du Vatican, et une exploration du passé trouble du pape François.

They Shall Not Grow Old

Poster They Shall Not Grow Old Après sa trilogie du Hobbit, Peter Jackson s’éloigne temporairement du cinéma de fiction pour réaliser un documentaire choc sur la première guerre mondiale, avec le soutien de la BBC. Celui-ci est construit intégralement à partir d’images d’archives inédites restaurées numériquement sur fond d’effets sonores convaincants pour une immersion totale. La narration est assurée de bout en bout par des témoignages archivés d’anciens soldats, avec quantités d’anecdotes qui vous feront passer du sourire aux larmes.

The Nightingale

Poster The Nightingale En 1825, Clare (Aisling Franciosi), une jeune irlandaise victime d’un terrible acte de violence commis par des colons anglais, part en quête de vengeance au coeur de la jungle tanzanienne. Elle se liera d’amitié avec son guide, un autochtone qui a également quelques comptes à régler avec ces soldats racistes. L’expédition va rapidement tourner au cauchemar pour tout le monde. Attention: ce film est à réserver à un public averti. Chargé en émotions, il n’a également aucun tabou dans l’horreur et comporte son lot de scènes de violence brute dont on ne sort pas indemne. Mention spéciale à Sam Claflin qui incarne l’un des antagonistes les plus cruels jamais vus, qui va vous faire bouillonner dans votre fauteuil.

First Love

Poster First Love À Tokyo, un Yakuza s’associe avec un policier corrompu pour voler son clan en faisant porter le chapeau à une call-girl toxicomane, Monica. C’était sans compter sur sa rencontre improbable avec Leo, un jeune boxeur qui décide de la sauver… sur un malentendu. Suite à quelques retournements de situation aussi sanglants qu’hilarants, le plan des criminels tourne rapidement au fiasco. Alors qu’une guerre des gangs se profile et que chacun tente de sauver sa peau, la tension du film monte progressivement jusqu’à un final en apothéose où les cadavres vont se ramasser à la pelle. Ce 103e film du prolifique réalisateur japonais Takashi Miike est probablement l’un de ses meilleurs: c’est stylisé, fun et très drôle, dans la lignée d’un Tarantino.

Séries

Bien qu’ayant beaucoup apprécié ces films, j’ai passé beaucoup plus de temps à regarder des séries en 2019 et je n’ai pas été déçu par leurs qualités à tous les niveaux. Les trois qui m’ont le plus marqué sont Watchmen, Chernobyl et la saison finale de Mr. Robot qui conclut la série en beauté. 2019 marque également le lancement de la nouvelle plate-forme de streaming Apple TV+, dont la série originale la plus remarquable est sans aucun doute For All Mankind.

Les autres séries ne sont classées dans aucun ordre de préférence particulier.

Watchmen season 1 Chernobyl Mr Robot season 4 For All Mankind season 1 Russian Doll season 1 The OA season 2 Dark season 2 The Boys season 1 Good Omens Legion season 3 Bojack Horseman season 6 Rick and Morty season 4 The Mandalorian season 1 The Umbrella Academy season 1 The Morning Show season 1

Ma liste des meilleurs films de 2020 s’annonce déjà plus courte et je la publierai avant l’été 2021.

Christophe Beyls